Université du Temps Libre de Rochefort

Université du Temps Libre de Rochefort

Reportages 2018


Quelques reportages

JOURNEE en Saintonge Dorée

Saint Savinien, Jardin de Gabriel à Nantillé

Jeudi 3 Mai 2018

________________

 

 

                     31 personnes étaient bien au rendez-vous pour un petit voyage d’une journée en Saintonge dorée pour un point d’accueil : information des pilotes et  organisation du co-voiturage. 

                 9h, départ de Rochefort pour St-Savinien : 32 km soit 40 mn, direction de Royan. Arrivés au Mung, face à Saint-Savinien et les rives de la Charente, nous attend le guide de l’Office du Tourisme qui nous accompagne toute cette journée.

 

                 L’ îlot sur lequel démarre notre visite est appelé "la Grenouillette". Y est installé une base de loisirs ouverte en été et les enfants (les grands également) verront  avec plaisir un port miniature et pourront même piloter le bateau de leur choix. Non loin, piscine, tables de pique-nique, guinguette, camping, etc…  Cependant aujourd’hui nous nous dirigeons sur la rive droite pour visiter le village de St-Savinien juché sur des rochers.

 

 

               Cette petite ville de 2300 habitants est très calme, elle a pourtant été un port de commerce important à partir du XIIIe siècle et jusqu’à l’arrivée du chemin de fer : transport en gabarre sur la Charente du bois, céréales, vin, cognac et pierres de taille. 

 

          Les gabarres étaient acheminées jusqu’à Tonnay-Charente et Rochefort pour un départ vers d’autres ports français ou l’étranger – Angleterre, la Hollande, notamment.

 

               En longeant le quai et les belles maisons construites avec les pierres taillées du lieu, sont installées quelques sculptures d’Eric Hennion (1) et la "fausse boutique" de Lizette, faisant office de publicité pour le Musée de Lizette d’Archingeay.

 

               Nous découvrons ensuite à l’ouest de la bourgade, la falaises sur laquelle s’adossent de nombreuses maisons et garages puis l’entrée des galeries en bordure de rue et le lieu de travail des ouvriers (maison ouverte). L'extraction en sous-sol de la pierre et la taille se faisaient sur place et utilisaient de nombreux ouvriers, l'activité s’est arrêtée après la 1ère guerre mondiale, les galeries ont servi ensuite pour un temps de champignonnières. 

 

               Le groupe se dirige ensuite vers le centre en  empruntant des ruelles fleuries pour arriver à  l’Eglise Saint-Savinien, un édifice de style roman bâti entre les XIIe et XIVe siècles, la chapelle constituée de nombreuses statues en pierre possède St-Savinien et St-Eutrope, entre autres. Le parvis est orné de sculptures d’Eric Hennion représentant chacun des apôtres. 

 

              A quelques mètres, le Château de la Cave, dont les origines remontent au Xe siècle, (contre les Normands) fut la principale forteresse de la ville. Construit sur un promontoire, il domine la Charente, il conserve une tour avec sa poivrière, trois tours découronnées et une échauguette. 

               Nous arrivons à une plate-forme aménagée pour dominer l'ancien port fluvial et de construction naval montrant l'importance de cette activité, devenu des parcelles de maraîchages. 

 

             Le cimetière protestant de Saint-Savinien est réputé être une des plus grandes nécropoles protestantes de la région. 

             Nous terminons la visite de la ville par le port fluvial et des maisons qui ont conservé leurs appontements qui étaient nécessaires pour le commerce. 

 

 

             Retour vers les voitures pour se rendre à Saint-Hilaire de Villefranche : 14 km soit 20 mn où se situe le restaurant qui a été réservé "le Centre" à Saint-Hilaire de Villefranche. Bonne cuisine servie généreusement et bon accueil : faisons saliver ceux qui n’ont pu être présents !  Cocktail maison citron vert gingembre, terrine de joue de porc confite au foie gras, médaillon de lotte, fromages salade, moelleux au chocolat, café. 

 

            Pas le temps de se reposer surtout que le soleil est enfin présent - direction Cognac, Brizambourg, Matha, au lieu-dit "Chez Audebert", 7 km soit 10 mn. 

 

 

           Puis visite du jardin de Gabriel à  Nantillié, à l’angle des routes de La Ferme et de Saintes. A peine arrivés, apparaissent une multitude de statues en extérieur, statues dégradées depuis leur abandon, en cours de restauration depuis novembre 2017. Depuis quelques jours, les artisans restaurateurs ont quitté le chantier. 388 statues, la maison et le jardin sont inscrits aux titre des monuments historiques en 2011. La région Nouvelle-Aquitaine est propriétaire de l'ensemble depuis 2014. 

 

           Une belle visite guidée est faite par un spécialiste du service du patrimoine de Poitou-Charentes, très motivé, et très imprégné du lieu et de la vie de Gabriel Albert (1904-2000) simple agriculteur qui est resté pratiquement toute sa vie sur ce même lieu. Il a commencé après son mariage et l’arrivée d’un enfant, par construire sa maison de plain-pied que nous visitons, ses meubles, puis a démarré ses sculptures à base de béton, ciment, avec ajout de moulage ou modelage, et pour la plupart une teinture faite de pigment pour colorer certaines parties des sculptures…   Inspiré par les revues de l’époque qu’il consultait, les récits, des peintures, la télévision qui arrivait dans les foyers, les hommes politiques, des femmes élégantes, des danseuses, mais aussi des animaux : chiens et chats… Puis visite de l’atelier, véritable lieu de vie de Gabriel Albert et laissé en l’état… prêt pour redémarrer de nouvelles œuvres.  

 

             Art brut ? Art naïf ? Gabriel ne voulait pas que ces sculptures soient étiquetées, il ne souhaitait pas faire partie de la communauté des artistes. Menuisier-ébéniste, c'est ainsi qu'il se présenta toute sa vie ; il a néanmoins reçu la visite de journalistes de la presse locale mais aussi de l’ethnologue Michel Valière qui a contribué à la protection et à la sauvegarde des sculptures et il eut un entretien avec  Jacques Lacarrière et Jacques Verroust pour produire "Les Inspirés du bord des routes".

             Pour l'instant pas d'ouverture au public - exception faite pour l'UTL ! ainsi que pour la journée des jardins (3 juin) et les journées du patrimoine en septembre prochain. 

 

         

Plus de renseignements : http://www.inventaire.poitou-charentes.fr/le-jardin-sculpte-de-gabriel-albert

                    

 

              Ce n'est pas terminé ! - direction Matha, à 15 km soit 20 mn, pour une visite guidée de l’église Saint-Pierre du Marestay, avec son abside romane semi-circulaire, un clocher carré avec des faisceaux de colonnes. 

             Le groupe se dirige ensuite vers le Jardin de Paix, rue des Champs de Foire à  Matha : c’est un lieu public, très arboré qui sert depuis 2002 pour des artistes français et étrangers à présenter leurs œuvres sur un thème défini chaque année. Ces œuvres symbolisent les valeurs humaines et les droits de l’homme.

 

            La journée – sans relâche – se termine après avoir fait une belle découverte de la Saintonge dorée – par ses paysages vallonnés, ses vignes, ses maisons de belles pierres et sa douceur de vivre.

 

           Merci aux guides pour ces découvertes et nos responsables de l'organisation. .

 

 

(1) Sculptures à St-Savinien

 

http://www.sudouest.fr/2012/10/25/12-apotres-entre-les-mains-de-cedric-hennion-860489-1593.php

 

                                             

___________________________________

 

 

 

JOURNEE SURPRISE

Jeudi 5 avril 2018

_______

 

              RV 8h. Le point de départ de nos cars est fixé désormais face à l’Office du Tourisme, le long du parking Roy-Bry – qu’on se le dise ! -

             Le voyage s’effectue avec 82 personnes réparties en deux cars soit deux groupes pour des visites alternées en matinée et en après-midi, seul un petit temps au moment de l’apéritif et pour reprendre les cars a permis à l’ensemble de se retrouver.

 

             Pas de surprise en tout cas pour les habitués de ces sorties puisque nous n’avons pu échapper dans le car au jeu de photos à légender proposé par Evelyne, responsable avec Patrick des sorties et voyages, jeu permettant de découvrir la destination de l’escapade du jour … (finalement, trop de bonnes réponses à départager !)

           Aujourd’hui direction : sud de notre département, Jonzac, une bourgade de 3400 habitants ayant beaucoup d’attraits ; nous le découvrirons au cours des visites dans divers domaines, entrecoupées de petites marches dans la nature, favorisées par une météo plutôt clémente.

       Un programme millimétré – nous en avons l’habitude – qui nous a fait sillonner une grande partie sur le territoire communal : 

 

. Visite de la Maison de l’Energie : la géothermie – une ressource énergétique pour la Ville ayant permis son développement depuis 1979 (date du 1er forage à 1850 m de profondeur - au lieu d'Heurtebize - avec la découverte d’une eau à 65° qui débouche dans les années suivantes sur l’installation d’un chauffage urbain (la géothermie), en priorité pour les bâtiments municipaux, hôpital et lycée. Le réseau s’étend sur près de 20 km – canalisation en résine. Pour le reste, la Ville est chauffée au bois  -bois de récupération- et n'oublions pas l'utilisation de l'énergie solaire . 

            Cette eau issue du forage est étudiée par la faculté de médecine de Bordeaux et s’avère avoir de nombreuses propriétés, proches de celle de la Bourboule.

            Le temps s’est écoulé évidemment avant la décision de créer (1995) une station thermale avec trois spécialités : rhumatologie, phlébologie et les voies respiratoires, eau entre 26 et 36°. Puis l’ouverture (2002) du parc aquatique "les Antilles"comportant une piscine à 29°, un espace forme et un institut de beauté  + un restaurant qui nous recevra le midi.

 

. Les jardins de la station thermale que nous longeons pour sortir de la Maison de l’Energie, contournons les bassins dans lesquels poussent de grandes plantes. A proximité des carrières de pierres de taille (ayant servie pour la Ville) avec lesquelles a été bâtie la station thermale, carrières qui ont servi également d’abris troglodytiques et de caches d’armes et explosifs durant la Dernière Guerre – voir l’histoire des deux jeunes Ruibet et Gatineau qui y ont péri en juin 1944.

 

. Chez Bret, le moulin à eau (sur un des bras de la Seugne) et à huile (noix), un bâtiment du XVe siècle, restauré en 2006 - en aval relié par un bief, le moulin à vent de Cluzeret, restauré en 2001. Ils travaillent ensemble et se relaient en fonction du vent et du niveau de la Seugne.   

     

                

 

. Le parc aquatique "les Antilles" et restauration : un univers exotique de 11 500 m2 sous un immense vélum, un jardin tropical. Si cet air chaud et humide convient particulièrement aux plantes il n’en ait pas de même pour les humains (de l'UTL) qui passeront le temps du déjeuner sur les lieux – une partie du groupe à proximité des bassins et de l’odeur javellisée ! En fait, suite à l’annulation d’un restaurant gastronomique de Jonzac, il n’a pas été possible de trouver un autre lieu pouvant accueillir les 82 personnes.

 

. La visite de la ville avec une guide de l’Office du tourisme : Château de Jonzac (XVI et XVIIe siècle) qui appartient de longue date à la famille Gautrey (Pineau), partagé plus récemment avec la Préfecture et la Mairie. Les armes de la Ville figurent au-dessus de la porte d'entrée du Château et la devise gravée dans la pierre indique : "Après les guerres, les loisirs de la paix".

              Visite de la salle des mariages et du Conseil municipal, du petit théâtre Napoléon III, (anciennes écuries du Château) qui possède 230 places et accueille des spectacles très variés. 

               Puis visite du quartier médiéval avec ses ruelles (rue de Champagnac, la plus étroite), étroites et même un tunnel. Ces passages faisaient partie du chemin de ronde du vieux château et jouaient un rôle défensif.

 

. L’église St-Gervais et Saint-Protais du 12ème, agrandie au 16ème siècle, possède une façade romane très large et un clocher avec 3 abat-sons. Son parvis caractéristique est marqué par des dalles cernées d'acier représentant des sarcophages – les fouilles ont mis en évidence un très important  cimetière mérovingien.

 

. Le marché de style Baltard (1889)– une ancienne halle en bois figurait auparavant face au château, supprimée, remplacée par une belle statue hommage à la République.

 

. Le circuit nous permet de contempler de belles maisons de pierre très ouvragées (Belle-Epoque) avec et commerces ouverts, son cloître transformé en Centre culturel  (nous visitons une petite expo sur les tapisseries d’Aubusson).

             L’eau n’est jamais très loin, avec la rivière Seugne, 82 km de long, qui s'étend avec ses nombreux bras sur tout le territoire de Jonzac ;  outre la meunerie, elle a servi également pour la tannerie.

            Jonzac a imaginé des cheminements et des liaisons douces, de son pont ancien mais aussi de traverses modernes afin que chacun profite du patrimoine et de la nature.

            Au retour en centre-ville, chacun de nous se voit remettre à l'Office du tourisme, par notre guide, un sac comprenant de la documentation et quelques produits issus de la station thermale. 

 

           Bref, ceux qui n’étaient pas présents à cette journée, préparez-vous aux beaux jours à prendre la direction de Jonzac car vous avez dû comprendre que ça vaut vraiment  le détour !

 

               

          Félicitations à Patrick et Evelyne qui ont mené les deux groupes et organisé un beau programme pour cette journée. On ne retiendra pas le bain de vapeur aux "Antilles" 

tout le monde en est sorti sans malaise ! 

 

         Merci aux photographes qui ont contribué à ce petit reportage. 

 

 

 

 __________________________________________________________

 

Sortie à ESNANDES et MARANS

Jeudi 15 mars 2018 

               

                  Le rendez-vous est fixé à 8h, Cours Roy-Bry pour 36 personnes, qui voyagent en co-voiturage. Destination Esnandes (à 10 km au nord de La Rochelle, en bordure de la baie de l'Aiguillon et sud du marais poitevin). C'est un village de pêcheurs (notamment avec la culture des moules depuis le Moyen-Age qui connaissait déjà les bouchots), tout comme pour le village voisin, Charron.

                  L'organisation de la journée comporte une visite guidée de l’église Saint-Martin, église romane du XIIe siècle, fortifiée au XIVème siècle à cause de la menace anglaise - un chemin de ronde permettait de surveiller tout le marais comme le constate le groupe.

 

    Eglise d'Esnandes, un bâtiment défensif                              la façade     

UTL Esnandes Eglise 15 03 2018.jpgUTL Eglise Esnandes parvis.JPG

 

  arrêt sur des explications portant sur une Fabrique 1772 (gestion des revenus de l'église et prêts d'argent)

UTL Eglise Esnandes places attitrées et louées.jpg UTL Esnandes explication la Fabrique 15 03 2018.jpg

                                                       

                               Vue du chemin de ronde sur le marais

                              UTL Esnandes vue sur le marais 15 03 2018.jpg

 

                 Cette visite est en alternance avec la Maison de la Baie de l'Aiguillon (écomusée proposant des informations sur la mytiliculture, métier et environnement).

 

                 présentation et projection  

                                            UTL Esnandes accueil à la Maison de la Baie 15 03 2018.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      les bouchots (méthode moderne)                        utilisation de la plate (méthode ancienne)

UTL Esnandes Maison de la Baie les moules de bouchots 15 03 2018.jpgUTL Esnandes Maison de la Baie ostéiculture 15 03 2018.jpg

                            

               Un déjeuner attend le groupe dans un lieu original : "La ferme de  Laurette", ferme pédagogique sur la commune de Marsilly, à quelques kilomètres de là.

 

      préparation des repas en coulisse                          présentation de la ferme par Laurette pendant qu'il pleut dehors

   UTl Elevage Autruches  production viande 15 03 2018.jpgUTl Elevage Autruches restauration chez Laurette 15 03 2018.jpg

               Repas basé essentiellement sur l'autruche, surtout ne demandez pas autre chose : terrine et rillette d'autruche, boudin, pavé.... , arrosé d'un vin charentais.

               Une visite de la ferme suit l'absorption de ces bons produits.

Autruches, certes mais il y a d'autres oiseaux coureurs (nandous, émeux), la visite s'étend de la reproduction à l'abattage ainsi que des produits de la ferme : viande fraîche d'autruche au détail et sur commande (tournedos, filet, pavés, ...), terrines, plats cuisinés en conserves, produits dérivés (oeuf, cuir, maroquinerie, plumes, savons, cosmétiques à bases d'huile d'autruche... tout est bon dans l'autruche !).

 

     un mâle et femelles                                         un intrus ? non, l'ancêtre de l'autruche

UTl Elevage Autruches 15 03 2018.jpg    UTl Elevage Autruches décor 15 03 2018.jpg

UTl Elevage Autruches  production d'oeufs 15 03 2018.jpgUTl Elevage Autruches plumes pour spectacles 15 03 2018.jpgUTl Elevage Autruches  maroquinerie 15 03 2018.jpg

modèle d'oeuf pour activités enfants    plumes pour grand spectacle !           et belle maroquinerie

               Les personnes reprennent les voitures pour Marans à 18 km (extrémité nord de la Charente-maritime, en bordure du marais poitevin - le marais mouillé).

              Une visite guidée de la vieille ville attend le groupe avec un guide de l'Office du Tourisme. La Sèvre niortaise ainsi que le canal maritime de Marans à la mer et le canal de Marans à La Rochelle ont fait de cette petite ville - quoique très étendue - un port fluvial et maritime très actif avec de nombreux échanges commerciaux - aujourd'hui il s'agit plutôt d'un port de plaisance, il reste quelques belles maisons montrant la richesse de la ville XVII et XVIIIème siècle. Il existait un château en bois (Xème siècle) remplacé par un château de pierre (XIIe), puis a été rasé . 

 

                           ancienne église St-Etienne de Marans (XIIe) et le cimetière

                  UTL Marans ancien chateau 15 03 2018.jpg

           Visite de l'Eglise Notre-Dame de l'Assomption du XIXe siècle, avec un clocher octogonal très particulier, rajouté ultérieurement ; les halles avec celle au poisson . les quais, agréables l'été avec ses restaurants à proximité du pont sur lequel passe la fameuse N 137 (qui a tant enlaidi le centre-ville)... 

 

Eglise Notre-Dame de l'Assomption

UTL Marans église 15 03 2018.jpgUTL Marans intérieur église 15 03 2018.jpg
UTL Marans les Halles bâtiment classé 15 03 2018.jpg
    ancienne halle (1882), style Baltard

à côté se trouve une halle aux poissons 

                                           

UTL Marans beau bâtiment 19ème 15 03 2018.jpg       UTL Marans symbole Union 19ème 15 03 2018.jpg
Au 19ème siècle, nombreuses sociétés mutualistes en Poitou-Charentes

                                      décor de façade - solidarité et mouvement mutualiste

 

UTL Marans le port sur la sèvre niortaise 15 03 2018.jpg    UTL Marans belle coiffe marandaise 15 03 2018.jpg

      le canal maritime de Marans           la belle coiffe marandaise

 

              Cette journée a été très intéressante malgré la grisaille du ciel ; elle a permis de découvrir quelques aspects particuliers du nord de notre département, ce qui l'on a appelé le golfe des pictons. 

            Merci aux organisateurs pour la variété des visites.  

________________________________________________________________________________

 

 Visite de la Ferme du Gaty

Fremailloux à Hiers-Brouage 

Jeudi 1er mars 2018

_______

 

Plus de 35 personnes ont participé à cette sympathique et intéressante sortie en plein marais de Brouage. 

                La ferme du Gaty (3 grands bâtiments) est tenue par M. et Mme Oudin, éleveurs de races bovines : maraîchines (de notre région), armoricaines, bordelaises, béarnaises etc.., mais aussi de races menacées : maraîchines et les écossaises : Highland Cattle. Ils participent ainsi à la préservation d'un patrimoine vivant exclusif sur notre département, de même en élevant quelques baudets et des chevaux de trait poitevins.

                Le couple prône des pratiques naturelles, un élevage respectueux des animaux, de leur naissance à leur abattage. Cet élevage s'inscrit dans la mise en valeur de l'environnement : le marais des prairies, des claires et de prés salés. A noter que le marais de Brouage a été retenu avec celui du Cotentin et de la Baie de Somme pour la préservation et le développement de l'élevage exclusif en zone humide, comme site expérimental (détails, article de Sud-Ouest du 24/02/2018).

 

                Des bêtes de qualité qui ne vont pas à l'abattoir (sauf cas exceptionnels) et destinées à la vente directe de viande effectuée par le couple : la meilleure (l'écossaise), pièces à poêler ou à rôtir mais aussi à cuire en pot-au-feu, bourguignons, etc...  idem pour la maraîchine, d'autre part, pièces de veau et des abats.

Voir conditions :  http://vente-viande-boeuf.com/index.html# 

                 Une belle visite chez des gens courageux qui se consacrent à leurs bêtes comme faisant partie de leur famille. 

 

                      Entrée du groupe et présentation par Patricia Oudin, éleveuse

  UTL ferme du Gaty entrée 01 03 2018.jpg   UTL ferme du Gaty Présentation Patricia 01 03 2018.jpg


   UTL ferme du Gaty Vaches écossaises 01 03 2018.jpg    UTL Ferme du Gaty Ecosaise 1 3 2018.JPG

                                    race  Highland Cattle

 

 UTL ferme du Gaty Vaches françaises tranquilles 01 03 2018.jpg UTL ferme du Gaty Vaches cornues 01 03 2018.jpg

                       les Maraîchines                                       Variété de maraîchines

  

 UTL ferme du Gaty taureaux 01 03 2018.jpg

                  deux vaches et un taureau

________________________________________________________

 

Sortie à La Rochelle "Ecole des Douanes"

Jeudi 18 et Jeudi 25 janvier 2018

___

  

Deux groupes de 20 personnes avec un transport en co-voiturage (2euros) à partir du parking Roy-Bry.

 

               Les photos sur les lieux de la visite sont interdites. Vous trouverez ci-dessous le programme de cette visite avec quelques explications complémentaires et photos scannées de la plaquette remise aux participants.

              Aujourd’hui, le colonel, dirigeant l’Ecole, propose en premier lieu une conférence plénière pour informer le public des missions et de l’organisation des douanes, suivie de questions-réponses.

 

              UTL missions Douanes 001.jpg       UTL Formation Douanes 001.jpg

              Puis, le groupe est scindé en deux pour effectuer en alternance une démonstration du travail des chiens détecteurs de drogues avec mise en situation (valises sur un tapis roulant, l’une d’elle contient de la drogue).

UTL Chiens des Douanes 001.jpg

et dans un atelier regroupant des véhicules divers récupérés, la fouille d’un véhicule à la recherche de caches contenant des produits illicites : drogues, billets de banque, etc…

            

             Sur les lieux, on trouve également des bâtiments qui servent à entreposer les motos, nombreuses, rutilantes et alignées au cordeau - montré lors de la visite préparatoire -. Tout près, sur une place goudronnée, les motards peuvent s'entraîner à piloter les motos pour faire face à toutes les situations. Evidemment, l'entrainement des motards peut continuer aussi à l'extérieur de l'école.  Ceci pourra faire l’objet d’une autre visite. 

             La visite se termine avec l’invitation à partager un verre avec une tartelette, ce qui a permis de discuter plus librement et de continuer les échanges d’informations qui ont été nombreux.

            Trois heures et plus si l'on veut continuer les échanges ; visite très intéressante, instructive, qui plus est dans une ambiance fort sympathique.

 

(1) La seconde Ecole nationale des Douanes est située à Tourcoing

 

           Direction-regionale-des-douanes-et-droits-indirects.jpg                      UTL Organisation Douanes.jpg   

 ______________________________________________

 

 


18/04/2015
0 Poster un commentaire