Université du Temps Libre de Rochefort

Université du Temps Libre de Rochefort

Grand voyage mai 2017

Voyage en Sicile 

du Mardi 9 au Mardi 16 Mai 2017

________________________

 

62 Taormine (35) dans les rues.jpg                          Le Trinacria, symbole de la Sicile dans l'Antiquité (les trois mers et les trois pointes du pays)

                                                                                     (céramique)

 

 

      Le résumé de ce voyage fort "copieux"  a été présenté jour par jour, comme un feuilleton avec ses épisodes pour aboutir à un résultat où chacun pourra trouver un certain plaisir, plaisir du voyage au travers des civilisations, des peuples, des régions et villes traversées, d'une végétation luxuriante etc... cependant tout n'est pas rose dans ce pays au grand ciel bleu ! des contradictions importantes entre vie culturelle très riche, pauvreté et archaïsme (la Mafia a fait son oeuvre).    

 

     Voici le programme initial qui a été relativement bien respecté :

 

 

  UTL voyage en Sicile juin 2017.page 2jpg.jpg  UTL Carte sicile pour blog.jpg

                    

 

               37 personnes participent au voyage. Nous aurons tout au long du parcours une guide-accompagnatrice sicilienne, Cristine, à la personnalité bien trempée, défendant son île avec passion. Pour les sites archéologiques, ce seront des guides locaux. 

               Changement d'hôtels presque tous les jours, de beaux hôtels pour se lever tôt ! mais les sites distants les uns des autres ont nécessité de longs trajets en car - Le groupe a ainsi sillonné la Sicile de part en part ! . 

                Félicitations et reconnaissance au responsable des sorties et voyages de l'UTL, Patrick,  pour tout le travail en amont qu'a nécessité la réussite de ce voyage. 

 

              Le programme nous montre une grande diversité des lieux visités en une semaine ; challenge difficile à tenir pour ce pays complexe qui a subi une immense influence de tous les peuples qui l’ont colonisé. Sa position stratégique au centre de la méditerranée lui a valu d’être disputée par les grandes puissances.

              Un résumé très bref des vagues successives : Les Sicates, les Elymes, les Sicules, suivis des Phéniciens de Carthage, puis des Grecs (âge d’or de la Sicile ), les Romains (pendant 6 siècles), les Barbares, les Byzantins, les Sarrasins amenant une grande prospérité, les Normands, les Hohenstaufen avec la cour de Fréderic II . Au Moyen-âge arrivée des Angevins puis des Aragonais… Enfin, les Bourbons, derniers gouverneurs de Sicile avant l’expédition de Garibaldi en 1860 qui permettra une Italie unifiée et le rattachement de la Sicile à ce pays, elle en est une province, la plus étendue d’Italie (25 700 km2).

           Volontairement les périodes et dates ne sont pas précisées pour ne pas alourdir le reportage – elles le sont pour légender les sites. 

 

 

10 mai – A partir de l’hôtel Domina Coral Bay à Zagarella à quelques kms de Palerme, visite de la capitale en car, parcours réduit du fait d’une circulation automobile difficile. Palerme, avec 1 200 000 habitants, n’est pas grecque ; elle est arabo-normande en majorité : invasion des Sarrasins en 827 et conquête de l’île en 912 ; c’est une période de renaissance après les Byzantins ; puis une période de guerre de 30 ans a suivi et les Normands arrivent avec Roger Ier, couronné roi de Sicile qui amène à nouveau la chrétienté sur l’île.

      Les édifices visités sont très identifiables pour ces deux cultures : Le Palais des Normands avec la Chapelle Palatine  -1132-(le style byzantin domine à l'intérieur) et la Cathédrale de Monreale - 1172 -(mosaïques des XII et XIIIe siècles avec son monastère et son cloître des Bénédictins aux colonnes très travaillées).

      La Cathédrale de Palerme (entre 1179 et 1185) style arabe extérieurement avec de nombreux remaniements intérieurement (chapelle néo-classique).

     Pas de photos aux Catacombes des Capucins de Palerme, il s'agit de corps momifiés ou en état de squelette - prélats, notables de Palerme, etc... habillés et maintenus debout... pratiques interrompues vers 1880. 

 

 

 

 

 

            

 

 11 mai - Une journée consacrée aux sites archéologiques avec Segeste, (nord-ouest de la Sicile) et son temple des Elymes (Troyens) qui nous transporte au Vème siècle av. J.-C ; la ville a été construite au-dessus du site visité. 

 

Selinunte (au sud, face à la Méditerranée), fondée au VIIème siècle av. J.-C, elle a été une puissante cité grâce au commerce et à l'art, rivale de Segeste ; son site comporte huit temples aux colonnes doriques et une acropole avec ses fortifications.

 

Agrigente (sud), abrite la vallée des temples, classée au Patrimoine mondial par l'Unesco. La ville, construite par les grecs, devint romaine en 210 av. J.-C. Suite à l'invasion des barbares, elle est déplacée. Elle a été plus tard gouvernée par les byzantins, puis les arabes chassés, enfin par les normands en 1087. 

 

Installation à l'hôtel à Agrigente.

 

En soirée, une dernière sortie en car pour voir les sites illuminés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12 Mai - Transport en car vers Piazza Armerina, (sud-est) près du fleuve Gela, après avoir admiré la richesse des cultures, des oliveraies, des figuiers de Barbarie (les fruits sont beaucoup consommés ainsi qu'en confiture), des vignes, des citronniers.

 

Visite de la Villa romaine du Casale, un des sites romains les plus exceptionnels pour l'ensemble de ses pavements en mosaïques (120 millions de tesselles environ) en bon état compte tenu de son origine : III et IVe siècle. Complètement ensevelies sous les alluvions (inondation au VIIe siècle) puis glissements de terrain, tremblements de terre, la villa a été préservée et a été découverte seulement fin du XIXe siècle. Des campagnes de fouilles ont été entreprises sur plusieurs années. Des travaux de restaurations ont été réalisées et sont encore en cours (salle à manger d'hiver avec un pavement des travaux d'Hercule). 63 salles composaient cette villa, un ensemble thermal, des cours, des pièces d'habitation (enfants et adultes), des galeries, corridors, l'ensemble recouvert de mosaïques, évoquant les bains, la chasse (la Villa serait initialement un pavillon de chasse de l'empereur Maximien), la pêche, les récoltes, l'amour, la vie... 

 

 

 

Déjeuner à quelques kilomètres de la Villa, dans la fraîcheur d'une grande salle, avant de reprendre la route pour Caltagirone (est de l'île), ville baroque, réputée pour ses céramiques et dès le moyen-âge pour ses poteries.

 

Voir le célèbre escalier (1606) de Santa Maria del Monte conduisant à l'église du même nom - 142 marches décorées de majoliques toutes différentes. 

 

Pour clore la journée, transport en car jusqu'à Syracuse, située face à la mer ionienne pour une soirée et nuit à l'Hôtel. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13 Mai - Syracuse-Ortygie : fondée au VIIIe siècle av. J.-C par les corinthiens sur l'île d'Ortygie, elle a été dirigée par des tyrans (Hiéron et Denys l'ancien) qui ont apporté un certain rayonnement dans toute Sicile. Les édifices portent l'empreinte des différentes invasions, du style grec au baroque. Ils ont été construits avec des pierres extraites des Latomies (carrières immenses situées dans la partie sud du site archéologique Neapolis). 

 

Le Théâtre grec a été le coeur de la ville de Syracuse, il pouvait accueillir 20 000 personnes sur 67 rangées de gradins. Tous les ans se produit en ce lieu un festival de théâtre classique. A proximité les grottes avec la célèbre "oreille de Denys" le Tyran...

 

Déjeuner à l'hôtel de Syracuse.  

 

En route pour Noto, en ruine avec le tremblement de terre de 1693, ce fut pendant tout le XVIIIe siècle un immense chantier de reconstruction pour devenir une magnifique ville baroque, très visitée (classée au Patrimoine mondial par l'UNESCO comme d'autres villes de la vallée de Noto, Caltagirone, Catane, Modica, Raguse, Scicli, etc...). 

 

En route pour Scicli, face à la méditerranée, a joué un rôle dans les communications entre la côte et les bastions. Arabe puis normande, elle a donc été rebâtie après le séisme (nombreux édifices baroques).

 

Trajet en car jusqu'à Giardini-Naxos, sud de Taormine, (Naxos, première expansion grecque de la Sicile) pour l'installation à l'hôtel.  

 

 

 

 

 

 

14 mai - L'Etna (nord-est de l'île) sera le point d'attraction de la matinée. Il culmine à 3350m d'altitude et représente le plus grand volcan actif d'Europe, la "forge de Vulcain", s'étendant sur une zone protégée de 58 000 ha, à proximité de la vallée de Bove devenue un immense gouffre suite à une très grande explosion. L'Etna serait en activité depuis 500 000 ans avec des éruptions dévastatrices en 1381, 1669 (Catane fut touchée) et plus récemment durant les années 1980-1990-2000.

 

Deux cratères visibles : Calanna et Trufoglietto, des éruptions très anciennes mais se sont surtout les cheminées latérales qui sont en éruption, plus exceptionnellement le cratère central.  Il fait l'objet d'étude et de surveillance depuis la fin du XIXe siècle. 

 

Après un déjeuner pris dans la région de l'Etna, direction nord vers Taormine, surplombant la mer ionienne au pied du Mont Tauro, station balnéaire dotée d'une végétation subtropicale. A été grecque, romaine et médiévale (aménagement actuel). Très prisée des aristocrates, elle possède quelques palais et surtout le théâtre antique (IIIe siècle av. J.-C, en grande partie reconstruit par les romains au IIème siècle), il reçoit tous les ans, en été, le Festival Taormina Arte, (théâtre, danses, concerts) et à titre exceptionnel fin mai, le G7, qui dominera le monde depuis ce site grandiose !   

 

  

 

 

 

 

 

15 mai - Pour éviter un trop long parcours en montagne, un changement de parcours a été décidé consistant à longer la côte littorale passant par Messine pour atteindre la région des Madonies, proche de Cefalu (nord-ouest de l'île). 

 

De Taormine à Messine, beau panorama le long de la mer ionienne et côté est, la province de la Calabre toute proche avec sa capitale, Reggio de Calabre : le détroit de Messine est de 3,3 km de large mais la Sicile restera une île car le projet d'un pont suspendu a été abandonné pour des raisons économiques. Passage très rapide à proximité de la ville de Messine, cette ville antique a connu une succession de peuplades compte tenu de sa position stratégique et maritime. Importante au XVIIe siècle, elle déclina progressivement et subit de séismes en 1783 et plus récemment en 1908 (pratiquement rasée).  

 

Un long parcours ensuite face à la mer tyrrhénienne agrémenté par la vue sur les îles éoliennes (dont Lipari la plus grande - Vulcain dédié à Vulcain et à Eole, le Stromboli, toujours en activité, etc...). 

 

Direction Cefalu en traversant le parc naturel des Monts Madonies, ce sont les Apennins siciliens et recèlent l'histoire de cette île, son occupation millénaire : monastères, ermitages et églises sur les sommets, moulins et fermes bâtis sur d'antiques fermes romaines. On trouve une riche végétation avec les oliviers, châtaigniers, chênes et plantes grasses à profusion. 

 

Etape à Castelbuono, sud-est de Cefalu : Visite du Château de Ventimiglia, domaine de la famille du même nom, présente depuis la fin du XIIe siècle jusqu'au XXe siècle.  

 

Les styles différents se retrouvent dans les bâtiments. Le musée municipal, la chapelle palatine, baroque, avec une profusion d'anges en stucs et la crypte et ses fresques très colorées du XVème siècle.

 

 

 

Repas à quelques kilomètres de Castelbuono, au restaurant "La Tonnella" ; le groupe est accueilli par un accordéoniste qui animera le repas de musiques italiennes et de chants repris en choeur !

 

Le car reprend la route vers Cefalu, une ville qui garde un aspect médiéval avec des ruelles étroites autour d'une Cathédrale, écrasante. Cefalu est néanmoins citée pour la 1ère fois en 396 av. J.-C.   

 

 

 

 

 

 

 


16 mai - Jour du retour vers la France avec un peu de temps avant de prendre le car en direction de l'aéroport, chacun peut circuler librement aller au village voisin de l'hôtel, Santa Flavia et son château ou Porticello, village de pêcheur... 

 

 

 

Un bonus... Si vous en avez assez de voir de la pierre, attardons-nous sur le végétal présent tout au long du voyage... un véritable jardin d'Eden ! 

 

 

 

 

 

     

 

 

 

Au total, un feuilleton comme annoncé, avec 7 épisodes, qui rassemble des souvenirs pour certains et permet d'entrevoir de belles échappées pour d'autres. 

 

_______________________________________

 

 

 

 

 



09/04/2018
0 Poster un commentaire